EduRespect.com ---> blog sur les éducations au respect
Accueil du site > Kiosque aux documentaires : c’est élémentaire ! > La honte d’être homosexuel, l’homophobie intériorisée.

La honte d’être homosexuel, l’homophobie intériorisée.

jeudi 25 octobre 2018, par philzard

"A l’instar d’autres groupes stigmatisés, les gais et les lesbiennes sont à bien des égards, des "enfants de la honte". (...) La honte est un sentiment de vulnérabilité universellement accessible, mais non universellement réparti entre les individus et les catégories d’individus. Nous sommes, en théorie, tous égaux devant la honte, mais dans le monde social réel, certains sont plus "égaux" que d’autres.

La honte est un des mécanismes les plus puissants grâce auxquels l’ordre social nous "tient" et nous maintient sous son emprise, que ce soit en empêchant les "normaux" de s’éloigner du "droit chemin" ou en poussant les "anormaux" à se cacher et à rester invisibles, à ne pas reconnaître leur appartenance à telle ou telle catégorie stigmatisée.

Lors des situations souvent douloureuses au sein desquelles est mobilisé, cyniquement ou inconsciemment, par les autres ou par soi-même, le discrédit social lié à l’homosexualité, la sensation physique de la honte s’exprime par des manifestations corporelles de vulnérabilité et d’impuissance comme le rougissement, les sueurs, les tremblements et le malaise. Par ces manifestations, les corps "disciplinés", subitement envahis par le monde, retraduisent le désir urgent et irrépressible de disparaître de la scène sociale (...) Cette émotion se fait d’autant plus intense et cruelle lorsque, comme c’est bien souvent le cas, se surajoute à la honte la conscience de trahir sa honte à l’extérieur- enclenchant alors une spirale infernale qui décuple la puissance du sentiment premier.

La honte est à la fois totale et réductrice. La vision homophobe réduit l’identité homosexuelle à une orientation purement "sexuelle" et fait du sexuel, pensé en termes de "tendances" et de pulsions plus ou moins associées à l’animalité, l’origine de toutes les actions et de toutes les pensées des gais et des lesbiennes. Leur être tout entier se retrouve identifié à une "pulsion perverse". C’est pourquoi l’homophobie ne les considère pas simplement comme des anormaux, mais en fait aussi et surtout comme des impudiques.

Sentiment d’être réduit à une pulsion, face à une société dans laquelle le "processus de civilisation" tend précisément à refouler l’ordre de l’organique et du pulsionnel dans la sphère de l’intime et du privé, la honte homosexuelle a un rapport privilégié avec le sentiment d’être sale et d’être sale en public, c’est-à-dire dans une situation inappropriée et choquante.

La honte (...) est la manifestation d’une forme "d’allégeance corporelle" des homosexuels à l’idée que ce qui est révélé sur eux (ou ce qui menace de l’être) renvoie à quelque chose de fondamental pour la définition de leur caractère, et que ce "quelque chose" devrait ou aurait dû rester caché. Plus radicalement, la honte extorque au sujet homosexuel la croyance au mythe qu’il y a bien, dans les plis de son corps ou dans les profondeurs de sa conscience, un "quelque chose" à cacher ou à révéler : ce dont précisément il est invité à avoir honte."

De la honte à la fierté

"Ainsi, si la fierté a encore plus de sens pour les gais et les lesbiennes que pour les Noirs, à qui historiquement ils empruntent le concept, c’est que leur invisibilisation par la honte a été l’un des principaux moyens par lesquels s’est exercé sur eux la domination symbolique. La construction de l’identité "gaie", tant au plan personnel que collectif, travaille précisément à résister à ce mécanisme : la gay pride vise d’abord une réappropriation de l’identité homosexuelle qui renverserait le stigmate en fierté, aussi bien privée que publique, désarmant l’injure initiale en revendiquant "tête haute" l’identité originellement assignée par la société homophobe (...). Une communauté gaie et lesbienne mobilisée sert non seulement de levier aux mobilisations politiques, mais aussi, plus quotidiennement, de refuge protecteur permettant aux homosexuels de se reconstruire à l’écart des hiérarchies dominantes qui, lorsqu’elles sont intériorisées et retournées sur soi, engendrent précisément la honte et la haine de soi.

C’est la honte qui nous constitue, c’est elle encore qui nous rassemble : entrer dans la honte, c’est tout à la fois déjà reconnaître ce que l’on est, qui l’on est, et de qui l’ordre social homophobe nous rend objectivement solidaires, malgré nos réticences initiales.

(...)

De même que la fierté porte en elle sa généalogie honteuse, la honte, lorsqu’elle est assumée vraiment, lorsqu’on cesse d’avoir "honte d’avoir honte", enferme une sorte de fierté paradoxale. Cette honte orgueilleuse, explique Didier Eribon, pourrait constituer "le point de départ et d’appui d’une réinvention de soi". En nous mettant au monde comme des êtres aliénés ou "assujettis", la "honte gaie" enfermerait donc déjà, comme en négatif, mais déjà plus qu’en négatif, quelque chose comme notre liberté."

P.-S.

Source : Le dictionnaire de l’homophobie sous la direction de LG TIN

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0